Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

AttitudeZen

AttitudeZen

Un esprit sain dans un corps sain. Vivez l'instant présent sereinement en respectant les différences d'autrui.


Le vajra, la cloche et le mala

Publié par Mireille sur 2 Juillet 2007, 19:10pm

Catégories : #Bouddhisme tibétain

Le vajra (dorje), objet rituel, représentant symboliquement un noyau central flanqué d‘une fleur de lotus d‘où jaillissent deux groupes de flammes. Symbole masculin du chemin qui mène à l‘illumination.










Il est certainement le symbole le plus important du bouddhisme tibétain.


C'est un symbole complexe, utilisé à la fois dans les rites du Mahayana (ou bouddhisme du Grand Véhicule) que dans les rites du bouddhisme tantrique. Il représente à la fois l'énergie fondamentale, la compassion, la nature indestructible de l'éveil et le chemin qui mène à l'illumination.


Il est associé à la pureté incorruptible du diamant et considéré comme un instrument purificateur. A l'origine, le vajra, qui signifie "éclair " est lié au dieu hindou Indra.


Dans les rituels bouddhistes, il est tenu de la main droite par le pratiquant, et utilisé souvent en association avec la cloche.


La forme très particulière du dorje - petite haltère aux deux extrémités ajourées - symbolise l'unité, opposée à la dualité.


Associé à la clochette qui symbolise la sagesse, le but, il représente les moyens de parvenir à cette sagesse.


vajra-bell-tibet1.jpg


Avec le dorje, la cloche forme un couple indissociable, image des "contraires interdépendants " : tenus ensemble, ils montrent l'union de la connaissance et des moyens habiles, ce qui est essentiel pour accéder à l'Eveil.




Le vajra est symbole de compassion et représente le pôle masculin, la cloche symbolise la connaissance (de la vacuité) et représente le pôle féminin.







Le mala (guirlande)


Composé de 108 grains, il sert à compter le nombre de récitation des mantras, répétés un grand nombre de fois à des fins de purification, et afin de préparer à la méditation.


mala-tibet.jpg

Il est toujours tenu de la main gauche lors de la pratique, ou enroulé autour du poignet.


Entre les grains du mala (qui peuvent être de bois, de graines, de verre, de turquoises, de pierres ou d'os...) sont intercalées quatre perle de repères, ou des pendentifs, cloche et dorje miniatures, rattachés au mala par une torsade de fils rouge.


Quelquefois, le mala tibétain se termine par trois graines importantes symboles des Trois Joyaux.





Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents